Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

La truite arc en ciel

Oncorhynchus  mykiss  Walbaum, 1792 [Salmonidae]
FAO Names:  En – Rainbow trout,   Fr – Truite arc-en-ciel,  Es – Trucha arco iris

     

Caractéristiques biologiques
Forme allongée, fusiforme avec 60-66 vertèbres, 3-4 épines dorsales, 10-12 rayons mous dorsaux, 3-4 épines anales, 8-12 rayons mous anaux, 19 rayons caudaux. Présence de nageoire adipeuse, normalement avec côtés noirs. Pas de tubercules nuptiaux mais des changements mineurs au niveau de la tête, de la bouche, et de la couleur chez les mâles en ponte. Coloration bleue à vert olive en dessus d’une bande rose le long de la ligne latérale et argentée en dessous. Dos, côtés, tête et nageoires couverts de taches noires. La coloration varie avec l’habitat, la taille, et les conditions de maturité sexuelle. Tendance des résidents de rivières et reproducteurs à être plus sombre avec une couleur plus intense, alors que les résidents des lacs sont plus clairs et plus argentés. Absence de dent hyoïde est la caractéristique la plus simple qui distingue la truite arc-en-ciel de la truite fardée.
Contexte historique
La truite arc-en-ciel est native des drainages du Pacifique de l’Amérique du Nord, allant de l’Alaska jusqu’au Mexique. En 1874, elle a été introduite aux eaux de tous les continents à l’exception de l’Antarctique, pour la pêche sportive à la ligne et les activités aquacoles. La production était en forte expansion en 1950 suite au développement de l’aliment sec formulé. La pêche de la truite est toujours pratiquée là, où les cultures sont pratiquées dans les eaux de drainages des terres hautes de plusieurs pays sub-tropicaux, l’Asie, l’Afrique de l’Est et l’Amérique du Sud. Comme conséquence, plusieurs souches domestiques locales se sont développées (p. e. Shasta et Kamloops), alors que d’autres ont vu le jour grâce à la sélection de masse et les fécondations croisées pratiquées afin d’obtenir des cultures de meilleure qualité.
Principaux pays producteurs

Beaucoup pays ont publié la production de la truite arc-en-ciel issue de l’élevage. Certains ont relativement des rendements insignifiants comparés à la production provenant de plus grands systèmes qui sont installés dans les premiers producteurs en Europe, Amérique du Nord, Chili, Japon, et Australie.

Habitat et biologie

La truite arc-en-ciel est un poisson hardi, facile à faire pondre, de croissance rapide, tolérant à une large gamme de paramètres environnementaux et à la manipulation, et les larves de grande taille peuvent facilement être sevrées avec un aliment artificiel (elles s’alimentent normalement de zooplancton). C’est un poisson capable de vivre dans plusieurs types d’habitats, allant d’un cycle de vie anadrome [souche connue comme tête d’acier « steelhead »] (qui vit dans l’océan mais se reproduit dans des rivières ou cours d’eau bien oxygénés, de flux rapide et fond en gravier) comme il peut vivre d’une manière permanente dans des lacs. La souche anadrome est connue par sa croissance rapide, atteignant 7-10 kg dans 3 ans, alors que la souche d’eau douce ne dépasse pas 4,5 kg pour le même intervalle de temps. L’espèce peut supporter un grand intervalle de température (0-27 °C), mais la ponte et la croissance ont lieu dans une gamme plus étroite (9-14 °C). La température de l’eau optimale pour la culture de la truite arc-en-ciel est inférieure à 21 °C. La température et la disponibilité de nourriture influencent la croissance et la maturation, par conséquent l’âge de maturité varie; bien qu’il soit normalement de 3-4 années.

Les femelles sont capables de produire jusqu’à 2 000 oeufs/kg de leur poids. Les oeufs sont de grand diamètre (3-7 mm). La plupart des poissons pondent seulement une fois, au printemps (janvier-mai), même si la reproduction sélective et l’ajustement de la photopériode ont donné en écloserie, des souches qui peuvent arriver à maturité précoce et pondent durant toute l’année. Des caractéristiques de sélection plus avancées ont été aussi achevées par des reproductions croisées, augmentant aussi les taux de croissance, la résistance aux maladies, la prolificité, et améliorant la qualité et le goût de la viande. La manipulation génétique des chromosomes sexuels de l’embryon a donné des femelles stériles, triploïdes, évitant ainsi la mâchoire en forme d’hameçon appelée ‘hook-like’ qui ne plait pas au consommateur et s’assurant que les individus introduits/échappés ne peuvent pas se reproduire.

La truite arc-en-ciel ne peut pas se reproduire naturellement dans les systèmes d’élevage, ainsi les juvéniles sont obtenus soit par ponte artificielle en écloserie soit en collectant les œufs à partir du stock naturel. Les larves sont bien développées à l’éclosion. Dans la nature, les truites adultes se nourrissent des insectes aquatiques et terrestres, mollusques, crustacés, œufs de poissons, et autres petits poissons, mais la nourriture la plus importante est les crevettes d’eau douce contenant des pigments de caroténoïdes responsable de la coloration orange-rose de la chair. En aquaculture, l’inclusion des pigments synthétiques astaxanthine et canthaxanthine dans l’aliment aquatique donne cette coloration rose (quand elle est désirée). Truite arc en ciel prise en Arve à Genève à l’automne 2018.  Probablement une dévalaison Française. 62 cm mais très maigre, certainement lié au manque de nourriture dans cette rivière glaciaire….