Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

By

Pollution: l’impact des crèmes solaires en Suisse

Les filtres UV perturbent l’écosystème de nos lacs et rivières.

En cette saison estivale, on entend beaucoup parler de la pollution des mers et des océans à cause des filtres UV des crèmes solaires, qui mettent les coraux en péril. Pendant la baignade, les filtres chimiques se répandent en effet dans l’eau, causant des dégâts écologiques. Qu’en est-il dans les lacs et cours d’eau suisses? Selon différentes études, ces micropolluants sont aussi problématiques, car ils ont un impact sur nos poissons!

Des micropolluants relâchés dans les lacs et rivières

Chaque jour, des résidus de médicaments et des particules issues de produits de beauté atterrissent dans les cours d’eau suisses, faute de filtres suffisamment fins pour les éliminer au sein des stations d’épuration. Dans le cas des filtres UV, c’est encore plus direct: ils se retrouvent dans le lac après s’être décollés de la peau des baigneurs. Ce cocktail de micropolluants peut avoir des effets nocifs sur l’écosystème aquatique, et l’on soupçonne l’existence d’effets sur l’homme via la chaîne alimentaire.

Des poissons qui changent de sexe!

Certaines de ces substances, dont les filtres UV chimiques, s’avèrent être des perturbateurs endocriniens. Cela signifie qu’ils interfèrent avec le métabolisme hormonal des organismes aquatiques. Ces micropolluants perturbent directement la reproduction des poissons, provoquant notamment des changements de sexe. Le phénomène est observé depuis les années 1990, comme le rappelle une étude de l’université de Genève datant de 2013 sur la pollution dans le Léman.

En Suisse, ce ne sont donc pas les coraux, mais les poissons qui souffrent de la pollution par les filtres UV et les autres résidus chimiques relâchés dans la nature. Une des victimes, surveillée de près par le WWF, est la truite de rivière. «Les altérations constatées le plus souvent touchent le foie, les reins et les branchies, ainsi que les organes génitaux», déplore l’organisation environnementale dans un document sur la qualité de l’eau en Suisse. Autre effet: ces polluants inhibent la croissance des plantes aquatiques.

La solution écolo? Adopter une crème solaire bio

Les filtres UV chimiques sont donc montrés du doigt car ils perturbent l’écosystème. Leurs pendants minéraux, à base de dioxyde de titane ou d’oxyde de zinc, s’avèrent une solution écolo, et tout aussi efficace pour protéger la peau. Pour se baigner sans polluer, les Suisses peuvent ainsi se tourner vers des crèmes solaires bio, basées uniquement sur des filtres minéraux. A noter: les produits conventionnels mélangent souvent les deux types de filtres dans leurs formules. Une autre polémique touche cependant les filtres minéraux qui font usage de nanoparticules, car on ne connaît pas précisément leurs effets sur l’homme, sur le long terme.

Source bluewuin