Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

Renaturation de l’Aire

Source: Etat du canton de Genève.

 

3ème étape de renaturation de l’Aire : Canalisée depuis près de 90 ans, l’Aire retrouve son lit historique au Paradis (publié le 14.06.2013)

Dans le cadre des travaux de la 3ème étape de renaturation du cours de l’Aire, le méandre situé en amont du Pont des Marais à Confignon et canalisé depuis 1925, a retrouvé son tracé historique. Madame Michèle Künzler, conseillère d’Etat chargée du département de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement a célébré le 14 juin en présence de Madame Sylvie Jay, maire de Confignon, le franchissement de cette étape significative du chantier de renaturation de l’Aire.

La renaturation de l’Aire dans son ensemble est le projet le plus conséquent du programme de renaturation des cours d’eau genevois. La 3ème étape, dont les travaux ont démarré le 2 août 2012, prend en compte les enjeux du développement territorial de la plaine de l’Aire. Les travaux permettent de sécuriser le futur quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV) contre les crues tout en favorisant les milieux naturels et l’accueil du public. Ce chantier représente le maillon essentiel d’un projet d’ensemble initié en 2000 et vient compléter les aménagements réalisés sur l’Aire et ses affluents en 2002 à Onex, puis entre 2008 et 2010 à Bernex et Perly-Certoux.

Le méandre de l’Aire – au lieudit le Paradis

Le cours de l’Aire a fortement été canalisé au début du siècle dernier. Aussi après avoir passé près de 90 ans confinée entre deux murs de béton (1925-2013), l’Aire s’écoule à nouveau dans son lit historique en amont du Pont des Marais, au lieudit le Paradis. Les travaux de remise en eau du méandre ont débuté en mars 2013, sous la responsabilité du service de renaturation des cours d’eau du département de l’intérieur de la mobilité et de l’environnement (DIME) et en concertation entre tous les acteurs concernés; les communes de Confignon et de Bernex, les associations environnementales et agricoles, les services de l’Etat et les riverains.

Lors de la canalisation de l’Aire en 1925, le bois bordant le méandre avait été conservé par les autorités. Malgré cela, l’eau s’écoulant dans le canal bétonné ne pouvait se régénérer de manière optimale, occasionnant des déséquilibres biologiques. Ainsi, le retour à un milieu naturel contribue non seulement à l’amélioration de la qualité de l’eau de la rivière, mais aussi au développement de la faune et de la flore locales. Par ailleurs, la réalisation du méandre a permis la création de fosses et de caches pour les poissons, de murgiers (tas de pierres) pour les batraciens et les reptiles, leur offrant des habitats et des lieux de reproduction.

Et si le site, qui avait perdu une partie de ses qualités environnementales et paysagères, retrouve peu à peu son cadre d’antan, les amateurs d’activités en plein air ne sont pas en reste. Les riverains, promeneurs, cavaliers et enfants venus des centres aérés voisins peuvent désormais se réapproprier ce coin de nature propice à la détente, et profiter pleinement de ce lieudit le Paradis.

A terme, différentes essences d’arbres (10ha à venir pour la 3ème étape de renaturation de l’Aire) seront plantées afin de compenser les abattages réalisés dans le cadre du chantier. D’ici au printemps 2015, des sentiers, des bancs et des fontaines viendront compléter les infrastructures d’accueil au public, dans la continuité des aménagements réalisés en amont du pont de Lully lors des travaux de la 2ème étape de renaturation du cours d’eau.