Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

Les piscines privées polluent la Drize en été

Des produits chimiques se sont déversés plusieurs fois dans la rivière cet été. Beaucoup de poissons n’y ont pas survécu.topelement

La régularité des incidents inquiète les amateurs de pêche et l’Etat. Depuis la fin du mois de mai, la Drize a été polluée à trois reprises dans la région de Troinex. Cela s’est produit deux fois tout près de la frontière: le 28 mai, plus de cent truites et truitelles ont été retrouvées mortes en aval d’un exutoire d’eaux de ruissellement en provenance de la France, et le 17 juillet, le bilan était d’une trentaine de poissons tués. La dernière pollution en date s’est produite le 3 août vers le village de Troinex. Elle n’a pas fait de victimes.

Vidanges illégales

Les incidents ont été signalés par de jeunes pêcheurs et par des riverains. On soupçonne fortement des propriétaires de piscine d’en être à l’origine. Au lieu de vidanger leur bassin dans les canalisations d’eaux usées, comme l’exige la loi, certains auraient tendance à le faire dans celles d’eaux pluviales. Or ces dernières aboutissent directement dans les cours d’eau sans être traitées, et avec elles les produits chimiques utilisés pour l’entretien des piscines, tels que chlore, désinfectants et algicides, qui sont toxiques pour la faune et la flore aquatiques.

Ce sont en particulier les piscines saisonnières, gonflables, autoportantes ou à structure tubulaire, qui sont mises en cause: «En général, pour construire un bassin en dur, on mandate une entreprise qui connaît la loi et pose un conduit d’écoulement adéquat, mais c’est rarement le cas avec les piscines démontables qu’on peut installer soi-même pour quelques centaines, voire quelques dizaines de francs», déplore Christophe Ebener, président de la Fédération des sociétés de pêche genevoises (FSPG) et membre de la Commission de la pêche.

Ces pollutions à répétition sont d’autant plus dommageables que la Drize est déjà un cours d’eau très fragilisé en été, surtout cette année où les précipitations ont été faibles: «C’est l’une des rivières du canton qui arrive le plus facilement en étiage (ndlr: très bas débit), alors ces pollutions successives à quelques semaines d’intervalle sont particulièrement néfastes pour l’équilibre des populations animales et de la végétation», explique, à l’Etat, Gilles Mulhauser, le patron de la Direction générale de l’eau.

Pollueurs non identifiés

Les pollueurs sont passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 60 000 francs et s’exposent à des poursuites pénales ou administratives, mais ils sont rarement identifiés. Le temps que l’alerte soit donnée et que les spécialistes de l’Etat soient sur place, la vague de pollution est souvent déjà passée: «Les prélèvements d’eau n’ont pas permis d’incriminer à coup sûr un produit précis ayant causé la mort et de remonter à la source exacte de la pollution, regrette Gilles Mulhauser. Une partie des poissons décédés a été collectée pour analyse, mais là aussi il est très difficile d’en tirer des conclusions. On soupçonne les algicides, parce qu’ils affectent les organes digestifs des poissons.»

La présence de nombreuses piscines privées dans les alentours et le fait que ces incidents se multiplient en été sont aussi des indices. «Nous nous coordonnons avec nos partenaires français, les communes et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) pour essayer de déterminer ensemble l’origine des pollutions.»

Christophe Ebener souhaiterait que l’Etat fasse davantage de prévention: «Il n’y a presque pas d’actions de sensibilisation, alors que le nombre de piscines démontables explose!» Gilles Mulhauser assure cependant que l’Etat ne reste pas inactif: «Depuis plusieurs années, nous avons lancé des alertes par Internet et sur les réseaux sociaux.» Un communiqué a d’ailleurs été publié au mois de juillet pour rappeler leurs devoirs aux propriétaires de piscine. «Nous devons répéter le message, parce que la plupart des pollueurs pèchent sans doute par ignorance plus que par malveillance.»