Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

« les cormorands bouffent nos truites » !

C’est toujours un plaisir de lire les remarques de Mr Gottlieb Dändliker.

Il dit   « L’Arve n’est pas une pisciculture mais un écosystème naturel »

-Quand est il des déchets en tout genre qui jonche le lit de L’ARVE !!!  Moto, scooter, vélo, pneus, matelas, habits etc…..images2NRS864S

-Quand est il des campement de Roms qui trie les habits voler dans les bennes.  Balancant ceux ne portant pas de marque de luxe dans l’Arve

-Quand est il des plastiques dans les branches d’arbres sur la partie amont de l’ARVE moins visible de la population qui n’a toujours pas été nettoyé

-Quand est il de la STEP de Vilette et de Gaillard qui crache de la M….. depuis des années en toute impunité . Et dire que les SIG pompe l’eau 3 km plus bas pour alimenter la nappe phréatique de Vessy pour la population Genevoise

-Quand est il de la quasi totalité du cheptel piscicole sauvage qui a disparu de l’Arve au profit des oiseaux piscivore ! AH mais non tout va bien, on balance du poisson de pisciculture pour monter les statistiques et dire qu’ on a dépasser la moyenne ! Et  non le record date de 2011 et non pas 2014 avec 1450 salmonidés pêcher. L’ ombre étaient notamment très présent avant le massacre des oiseaux piscivore !

La futur relève de la pêche devra certainement ce contenter des quelques centaines de kilo de truites de pisciculture déverser dans l’Arve pour noyer le poisson avec une gestion pareil  ….

 

Magnifique écosystème que nous réserve l’ARVE Genevoiseefedrgrzt

efetetere

 sans-titre

FAUNE • Alors que l’Etat repeuple ses rivières de truites, des pêcheurs dénoncent la non-régulation des oiseaux prédateurs qui viennent manger les poissons…

«Les cormorans bouffent les truites et les ombres qui repeuplent l’Arve! C’est une catastrophe et chaque année c’est de pire en pire!» De nombreux pêcheurs sont remontés contre la politique de régulation de la faune. «D’un côté l’Etat repeuple les rivières avec des poissons adultes et des alevins, et d’un autre, il ne se préoccupe pas de constater qu’en réalité ce sont les oiseaux prédateurs (piscivores) qui prélèvent les poissons et non pas les pêcheurs! C’est d’un ridicule!» Christophe Ebener, président de la commission de la pêche ne mâche pas ses mots. «Sans compter que les poissons sauvages, qui peuplaient autrefois ce cours d’eau en nombre, ont quasiment disparu…», s’inquiète-t-il encore.

Prédateurs à l’assaut

Si la colère monte, c’est précisément parce que les cormorans et les harpes bières sont en très grand nombre actuellement au-dessus de l’Arve. «L’Etat permet les tirs de sangliers et des corneilles qui détruisent les cultures, alors pourquoi pas aussi les cormorans? Pourquoi ailleurs en Suisse on tolère les tirs des cormorans en période de migration et pas à Genève? A quoi ça sert de rajouter des salmonidés manquants pour qu’ils se fassent manger directement par des oiseaux prédateurs?» s’emporte pour sa part un autre pêcheur aguerri. Et il n’est pas le seul: «Depuis le mois de mai, le Parlement fédéral a autorisé des tirs sur ces oiseaux prédateurs dans toute la Suisse, notamment près des réserves naturelles. Ils sont près de 6000 cormorans à venir migrer en Suisse. A Genève, leur garde-manger, c’est l’Arve!» Les pêcheurs professionnels ou pas, tiennent à souligner que même en Haute-Savoie on régule les cormorans, soit près de 80 par année.

«L’Arve n’est pas une pisciculture»

La direction générale de la nature et du paysage, très sensible à cette problématique, s’explique: «Dans notre canton où la chasse est interdite, les gardes-faune ne régulent des espèces que lorsqu’il y a des dégâts importants pour les cultures et les personnes qui vivent de ces activités, détaille l’inspecteur cantonal de la faune, Gottlieb Dändliker. La pêche amateur en rivière est un loisir que nous soutenons, mais notre service n’est pas autorisé à tirer des oiseaux sauvages au motif qu’ils pêchent des poissons rendus à la nature. L’Arve n’est pas une pisciculture mais un écosystème naturel… Et il s’est quand même pêché 762 truites dans l’Arve en 2014, soit plus que la moyenne des dix années précédentes!»

Mesures d’effarouchement

Conscient de l’impact potentiel des cormorans, le Service de la faune et de la pêche rappelle avoir toutefois pris des mesures: «Nous avons prolongé la pêche dans l’Arve jusqu’en novembre, et même jusqu’en décembre pour 2015, poursuit Gottlieb Dändliker. Et précisément parce que la présence des pêcheurs au bord de l’Arve fait fuir les cormorans!»

GHI