Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

By

Les abondantes précipitations rappellent la crue de l’Arve

Météo Suisse songe à élever le niveau de danger à son degré le plus haut. La dernière alerte de cette importance remonte à mai 2015.

Après les rafales, la pluie. De fortes précipitations sont attendues ce jeudi. Météo Suisse évalue à 150 litres par mètre carré le volume d’eau tombé entre mardi soir et vendredi matin à certains endroits. «C’est énorme», souligne le météorologue Christophe Salamin. L’organisme n’exclut pas d’élever son degré d’alerte à son niveau maximum dans les Alpes et les Préalpes. La dernière fois qu’un préavis de danger de cette importance avait été émis en Suisse, c’était en mai 2015 à Genève, lors de la crue de l’Arve.

«Nous n’en sommes pas encore là», rassure d’emblée Christophe Salamin. Contrairement au printemps, en janvier, les cours d’eau sont à un niveau très bas et disposent donc d’une marge importante avant de déborder. Le directeur du Service de renaturation des cours d’eau, Alexandre Wisard, le confirme: «Les débits sont raisonnables, les rivières ont encore la capacité de recevoir plus d’eau.» Le spécialiste ajoute que les importants travaux de renaturation entrepris ces dernières années par le Canton ont également «redonné de la place pour l’écoulement des crues majeures». C’est notamment le cas à Versoix (la Versoix), à Troinex et Grange-Collomb (la Drize), ainsi qu’au bord de l’Aire à Lully-Bernex ou Onex-Belle-Cour.

 Pompiers sur le qui-vive

Mais la situation évolue rapidement. Et les pluies abondantes cumulées à la fonte des neiges en altitude due au redoux pourraient malgré tout donner quelques sueurs froides aux services de secours. Les météorologues n’excluent pas d’éventuels glissements de terrain et inondations. Si la région genevoise n’est pas la plus exposée, les pompiers sont sur le qui-vive. «Dès qu’il y a une alerte météo, nous mettons en place une cellule de veille permanente chargée de suivre les débits des cours d’eau», détaille le commandant Nicolas Schumacher.

L’Arve à surveiller

Les hommes du Service d’incendie et de secours (SIS) seront particulièrement attentifs à l’Arve. Ils se rendront physiquement sur les bords du cours d’eau pour évaluer les risques. Craignent-ils une nouvelle crue? Impossible à dire pour l’heure. «Nous surveillons et nous sommes prêts à déployer plus d’hommes et à poser des sacs de sable si besoin», prévient Nicolas Schumacher.

En amont de la rivière, les prévisions sont mauvaises. D’importantes chutes de neige et des pluies diluviennes vont s’abattre sur la vallée de Chamonix. Plusieurs domaines skiables ont dû être fermés en raison des risques d’avalanche.

Appel à la prudence

Hier, la préfecture de Haute-Savoie redoutait que ces nouvelles précipitations, accompagnées d’un redoux, se déposent sur des sols déjà gorgés d’eau et provoquent des débordements de rivières et des mouvements de terrain. Elle recommandait aux habitants de se tenir éloignés des cours d’eau et de ne pas descendre dans les sous-sols en cas de pluies intenses.

Jean-Marc Milhomme, directeur de la communication de la Mairie de Chamonix-Mont-Blanc, encourageait de son côté les touristes à privilégier les transports publics et à reporter leurs activités en attendant que la météo s’améliore.

Source TDG