Geneva Street Fishing Genève pêche de rue

Objectif pêche à Genève

Le No Kill en Suisse

 (C&R) Ambiguïtés et aberrations au bord de l’eau.

Le pêcheur A souhaite une riche population, de poissons, bien équilibrée des juvéniles aux géniteurs et pouvoir ainsi leurrer quelques beaux poissons. Le pêcheur B est connu pour sa tendance à épuiser son quota autorisé.

Le pêcheur B est en train de sortir de l’épuisette sa 6ème truite, taille 22,1 cm (la mesure limite est 22 cm). Cela met en colère le pêcheur A.

Pêcheur A: “Tu aurais pu remettre ces poissons à l‘eau. Si tu continues on ne pourra jamais  espérer une population de beaux poissons”.

Pêcheur B: “Depuis que la nouvelle loi fédérale sur la protection des animaux est en vigueur, on doit garder tous les poissons qui ont atteint la maille. Je le sais, j’ai suivi le cours SaNa.”

Pêcheur A: “C’est absurde, qui t’a raconté cela? En fait, tu n’est qu’un «viandeur» et tu vides nos rivières…”

 Qui a raison??

V solutions:

  • Il existe une ambiguïté concernant le C&R, des contre-vérités sont colportées
  • Le sujet a été approfondi et discuté lors du cours de formation des experts régionaux
  • Les moniteurs doivent connaître l’interprétation en vigueur
  • Le sujet est encore discuté entre OFEV et OVF, mais la législation OPAn n’est pas modifiée.
  • Une aide à une interprétation intelligible est planifiée.

Remarques:

Les interprétations énoncées ci-dessous représentent l’opinion commune de l’office vétérinaire fédéral et de l’office fédéral de l’environnement qui sont enseignés lors des cours de formation des experts régionaux.

Si des cantons ont adopté une réglementation plus restrictive, c’est cette dernière qui fait foi.

En l’absence d’une jurisprudence dans ce domaine, le jugement pourrait différer de cas en cas.

Observations préliminaires.

Vsolutions:

C&R- un sujet de luxe

Louis Veya : “Pendant la guerre je pêchais avec les fils Joset dans le Doubs et la Sorne. Il était habituel de capturer 75 truites par pêcheur et par jour et d’un poids minimum de 450 gr. On les vendait au porte-à-porte à 1 franc pièce. Les temps étaient durs…”.

Les temps changent…

  •  Meilleure situation alimentaire
  •  Pêcheurs plus nombreux au bord de l’eau
  •  Population piscicole en diminution
  •  La pêche, un sport – ce n’est plus un moyen de se nourrir.

 Lee Wulff:  Handbook of Fly Fishing (1939):

“There is a growing tendency among anglers to release their fish…. Game fish are too valuable to be

caught only once.”

La tendance croissante parmi les pêcheurs est de relâcher le poisson capturé…Un poisson sauvage a trop de valeur pour n’être pêché qu’une fois.

Vsolutions:

Du C&R au „No kill“

  •  C&R et le „No kill“ ne sont identiques qu’en apparence
  •  C&R: décision individuelle du pêcheur de relâcher le poisson de cas en cas – le pêcheur peut généraliser cette attitude pour lui-même. L’attitude par la suite sera:
  •  „No kill“ décision individuelle du pêcheur de ne plus tuer le poisson.
  •  cours d’eaux décrété C&R => cours d’eau No kill:
    il est obligatoire de relâcher tout poissons capturés
  •  Tendance croissante dans les USA/ Autriche etc.

Vsolutions:

Critique croissante des milieux de protection des animaux.

  •  C&R et „No kill“ sont des perversions de la pêche sportive.
  •  Lors de la capture le poisson „souffre“ ou est blessé.
  •  La seule raison de la pêche est qu’elle soit alimentaire
  •  C&R et „No kill“ doivent être interdites

Vsolutions:

Catch & Release- Discussion

Protection des animaux

(droit prioritaire)

Ecologie

(droit prioritaire)

Conflit d‘objectifs

Il est contraire à la protection des animaux de pêcher dans le seul but de se faire plaisir.

Dans des eaux à faible peuplement et soumis à une forte pression de pêche

Vsolutions:

Résumé du P.V.  de la séance entre la protection des animaux poissons

le groupe d’experts de la pêche
Mardi, 18 mars 2003, 0930-1600, BAG, 3003 Berne

  • Compromis à la majorité : l’aménagement de parcours „No kill “ est incompatible avec les principes de la législation sur la protection des animaux.
  • Position de principe de la PSA exige la capture ;
  • Cette position est refusée par la majorité
  • Il est convenu d’adopter les principes suivants :
  • Dans tous les cas, sont à prélever les poissons qui ont atteint la taille légale et qui ne sont plus viables ou qui présentent de sévères blessures.
  • Des motifs compréhensibles1) de relâcher au cas par cas des poissons ayant atteint la taille légale (pour autant que la capture se soit dérouléeavec ménagement et n’ait provoqué aucune blessure).
  • Pour des motifs éthiques, il est interdit de pêcher intentionnelle de manière ciblée des poissons que l’on ne veut pas garder (difficile à contrôler).

Vsolutions:

Exemples de motifs légitimes de relâcher du poisson prélevable (Liste non exhaustive :

  • espèces piscicoles menacées
  • Capture de poissons qui ne correspondent pas  àl’espèce recherchée (prises inopportunes: ici il y a besoin d’éclaircissements et d’informations- p.ex. le poisson blanc est aussi consommable).
  • Capture de poissons durant la période de reproduction, (poissons sans période de protection )
  • Poissons amaigris au début de saison de pêche.

Vsolutions:

Catch&Release/ No kill: c’est l’OPAn qui s’applique.

RS 455.1 Ordonnance sur la protection des animaux.

Art. 23 Pratiques interdites sur les poissons et les décapodes marcheurs  Il est interdit…

a) pêcher les poissons à la ligne dans l’intention de les remettre à l’eau.

 Interprétations:

Commentaire de l’ordonnance sur la protection des animaux

Art. 23 OPAn :

La let. a interdit la prise de poissons dans le but de les remettre à l’eau.

Le fait de mordre à l’hameçon et de heurter le sol occasionne un stress important aux poissons et un risque de blessures dû  à l’hameçon. Par conséquent la pêche à la ligne de poissons dont la capture est interdite ou n’a pas été prévue par le pêcheur doit être jugée contraire à la protection des animaux.

 Texte original.

Vsolutions:

Sont interdites la pêche à la ligne de poissons dans des eaux où leur pêche est interdite, p. ex. de poissons qui n’ont pas atteint la taille pour être pêchés ou qui ne peuvent encore être pêchés (période de protection).

Les cantons prennent les mesures nécessaires pour limiter autant que possible les prises accidentelles d’espèces ne pouvant encore être pêchées.

Dans des cas exceptionnels, la remise à l’eau de poissons viables peut cependant se justifier pour des raisons écologiques (préservation d’un peuplement, p. ex.), même si les prises remplissent les conditions de protection des poissons (précieux alevins d’espèces indigènes visés à l’annexe 1 OLFP).

Commentaire de l’ ordonnance sur la protection des animaux:

Reproducteurs?

Texte original

Vsolutions:

 Il est donc permis, dans des cas justifiés, de remettre à l’eau les prises accidentelles qui ne présentent que des blessures légères dues à la pêche à la ligne. Les poissons qu’il n’était pas prévu de pêcher doivent être remis à l’eau immédiatement après la capture et avec le plus grand soin. La conservation ou les manipulations qui stressent les poissons, comme le fait de les photographier, de les mesurer ou de les peser à plusieurs reprises, etc. sont à considérer comme contraires à la protection des animaux.

 Commentaire de l’ ordonnance sur la protection des animaux.

Texte original.

Vsolutions.

Catch & Release:

 Il est interdit de (intention reconnaissable) :

  • pêcher dans des eaux où toute prise est interdite (no kill)
  • pêcher des poissons trop petits ou protégés
  • pêcher / continuer à pêcher à des endroits où il y a principalement des poissons trop petits
  • continuer à pêcher après avoir atteint son quota (par ex. nombre de captures par jour)
  • pêcher de manière ciblée des poissons sans avoir l‘intention de les prendre (difficile à reconnaître)
  • utiliser des types d‘appâts et des techniques de pêche avec lesquels il y a une grande probabilité de capturer des poissons trop petits ou protégés
  • participer à des concours de pêche dont le règlement prescrit la remise à l‘eau

Vsolutions:

Catch & Release

Sont en outre considérés comme incitation au comportement non conforme à la protection des animaux:

  • La vente des permis de pêche indiquant que tous les poissons doivent être remis à l‘eau
  • L‘organisation de concours de pêche, de cours etc. avec cette indication
    (exceptions défendables lors des cours SaNa)
  • La fixation de longueur minimale exagérée, sans baseécologique, pour contourner l‘art. 23a (par ex. 50 cm pour les truites de rivière).

 Alternatives au C&R: – Teasing- zone de réserve active:

Si le but n‘est que d‘inciter le poisson à mordre! Des appâts sans hameçons fonctionnels peuvent être utilisés

 Exemple : d’une mouche dont le crochet de l‘hameçon est enlevé.

Zone de protection active possible.

Il est important de bien effectuer le contrôle; mais cela a l’avantage de permettre de pêcher sans danger pour le poisson.

Vsolutions:

Catch & Release.

Il n’y a pas d’obligation de prise !

  • Peuvent être remis à l‘eau :
  • Poissons capturés par hasard, peu blessés et traités avec ménagement (lorsqu‘on peut faire valoir une raison écologique)
  • Le poisson doit être remis à l‘eau immédiatement après l‘avoir ramené (il est interdit de le détenir, de le mesurer plusieurs fois et de le photographier hors de l‘eau )
  • (il est toléré de faire une photo si l‘on saisit le poisson avec les mains mouillées, sans perdre de temps et sans qu‘il y ait de pression sur le poisson).

 Mais les cantons peuvent exiger la prise.

(évent. judicieux pour les espèces de poissons qui forment des bancs sans longueur minimale (poissons blancs, perches), les poissons capturés  à grande profondeur (par ex. lottes), ainsi que pour les poissons mis à l‘eau comme poisson de mesure (par ex. truites arc-en-ciel dans les lacs de montagne).

 Décision individuelle du pêcheur.

Vsolutions:

Raison écologique.

  • Ne peut être invoquée que si le poisson survit
  • Peut différer d’un cours d’eau à l’autre
  • Est souvent admise pour des espèces menacées
    (Annexe 1 OLFP: truite de rivière-/ truite lacustre, ombre)
  • Raison écologique NON admise lorsqu’il s’agit:
    – espèces indésirables (p. ex.. silure, perche-soleil)
    – d’espèces de poissons non indigènes sans possibilité de reproduction (p. ex. truite arc-en-ciel dans un lac de montagne )
  • Raison écologique DOUTEUSE lorsqu’il s’agit:
    – d’espèces qui vivent en grand bancs (p.ex. perche)
    – de très grands poissons âgés

Vsolutions:

Exemple de comportement contre lequel on peut porter plainte.

Après près d‘une heure de lutte, Z a enfin pu attraper cette grosse carpe dans l‘épuisette.

La balance affichait 48 livres,

… que nous restions fidèles au code d‘honneur du pêcheur de carpe et que nous rendions sa liberté à l‘animal.

Equipement: canne à pêche pour carpes xx, moulinet xy, fil à pêche 0,30 mm, mais en bas de ligne extra-fin.»

Non conforme à la protection des animaux; remise à l‘eau après (trop) longue durée de combat; pesage, photo. Capture dans l‘intention de remise à l‘eau?

Les publications de ce genre nuisent à l‘intérêt des pêcheurs!

Vsolutions:

Exemple:  remise à l’eau est sensée.

Truite de souche du Doubs, femelle.

Vsolutions:

Photographier:

autorisé lorsque le poisson est peu ou pas stressé.

 Poissons vivants:

Ne pas les photographier hors de l’eau.

Ne pas tenir verticalement.

 Correct: L’appareil de prise de vue doit être prêt et utilisé  sans délai.

Vsolutions:

Exemple de la truite lacustre canadienne.

Hameçon multiple avec ardillon.

Rupture de la base des branchies.

Hémorragies massives.

Le poisson n‘est plus viable.

Le poisson doit être mis à mort

Si trop petit:

le poisson ne peut pas être gardé mais doit être remis à l‘eau

 Mise à mort pour des raisons de protection des animaux:

Mise à mort pour soulager la souffrance.

 OLFP , art 5b. Al. 2

Les poissons destinés à la consommation qui ne remplissent pas les dispositions de protection et qui sont jugés non viables par les pêcheurs doivent être immédiatement mis à mort et remis à l‘eau. S‘ils sont jugés viables, ils ne doivent pas, en dérogation à l‘art. 100, al. 2, première phrase, OPAn, être mis à mort et doivent également être immédiatement remis  à l‘eau.

 Vsolutions;

Sont considérés comme n‘étant plus viables:

  •  les poissons avec des hémorragies massives
  •  les poissons avec des blessures sévères

(cavité abdominale ouverte, blessures à l‘oeil, blessures du corps sérieuses)

  •  les poissons qui ont été capturés à plus de 20m de profondeur  (avec thympanisme)
  •  les poissons avec des suites de stress sévères

(ne peuvent plus retrouver de posture de nage normale malgré des soins intensifs)

  •  les poissons qui ont seulement avalé l‘hameçon sont le plus souvent encore viables   (couper le bas de ligne, les remettre à l‘eau).

Le pêcheur décide lui-même.

Les poissons trop petits encore viables doivent être remis à  l‘eau.

Les poissons ayant atteint la taille légale avec des blessures importantes / des suites de stress manifestes doivent être pris dans tous les cas (remise à l‘eau interdite).

Mise à mort pour des raisons de protection des animaux – „mise à mort pour soulager la souffrance“

Vsolutions.

Thème du C&R lors des cours SaNa: messages simples!

  • La remise à l’eau de poissons ayant atteint la taille légale est autorisée.

La remise à l’eau doit avoir une motivation écologique!

Remettre à l’eau sans tarder et avec ménagement.

(retirer l’hameçon en laissant le poisson dans l’eau).

Les poissons gravement blessés doivent être mis à mort.

Tu décides toi-même – tu en assumes la responsabilité.

Mais: au bord de l’eau c’est la règlementation cantonale qui s’applique.

Les poissons sont des êtres vivants- ils ne sont pas un simple objet de sport ou de loisir.

Vsolutions:

Remise à l’eau autorisée – mais est-ce bien raisonable?

Le nombre de bons reproducteurs diminue en fonction des prélèvements.

Les premiers frais ont moins de rendement. (nombre d’œufs, profondeur de la frayère).

 Vsolutions:

Remettre à  l’eau de bons reproducteurs  a du sens.

 Lorsque:

  •  la reproduction peut avoir lieu avec succès
  •  le poisson est peu blessé
  •  le poisson n’a pas été trop stressé (lutte brève)
  •  le poisson n’est pas capturé par le pêcheur suivant.

En principe le canton devrait veiller à assurer une gestion durable (taille légale, périodes de protection, quotas de capture en fonction des peuplements …)

 Loi fédérale du 21 juin 1991 sur la pêche (LFSP)

Art. 3 Exploitation.

1 Les cantons règlent l’exploitation des peuplements à long terme.

Vsolutions:

Conclusion:

La protection des animaux lors de la pêche est judicieuse aussi bien pour les poissons que pour les pêcheurs que nous allons (peut-être) attraper celui-ci. C‘est seulement en traitant bien ce poisson là …

En bref:

Une utilisation durable n‘est possible que si la pêche et la protection des animaux vont de pair.